Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 09:33

 

Ce texte a été initialement publié sur le blog de Jean Bauberot au sujet de la laïcité le 27 décembre 2009.

 

Monsieur Bauberot,

On sait depuis plus d’un siècle que les sociologues prétendent nous livrer une image distanciée des phénomènes sociaux. Cette prétention scientifique repose depuis Durkheim ou même Weber sur deux axiomes : traiter les faits sociaux comme des choses, c’est-à-dire à l’image de phénomènes de la nature et tendre le plus possible à éliminer les interactions avec les processus d’observation à l’image du physicien qui souhaite que ses instruments d’observation interfèrent le moins possible avec le phénomène observé. 

Par contre, on sait aussi depuis Platon que celui qui maîtrise un savoir ou une technique est plus apte à faire le bien ou à commettre le mal. Le médecin sait mieux soigner mais aussi mieux tuer. Or, lorsqu’on lit vos texte et ceux de nombre de vos collègues, on se demande si votre travail consiste toujours à rendre compte du réel ou au contraire à le manipuler. Je fais partie de ceux qui apprécient vos analyses lorsqu’elles prétendent rendre compte de phénomènes sociaux, notamment religieux, singulièrement du protestantisme. Mais les choses se gâtent lorsque vous passez du rôle du sociologue qui analyse à celui du crypto-philosophe qui se mêle de prescrire. Et c’est bien là tout le problème : par les positions qui sont les vôtres sur la laïcité, vous n’êtes plus sociologue, M. Bauberot, mais vous devenez prescripteur d’opinion. Et votre position à l’EHESS ainsi que le prestige de vos travaux antérieurs vous place en situation d’autorité. Or, vous savez bien qu’en toute rigueur, le mécanisme de l’argument d’autorité n’a aucune valeur rationnelle.

 

Par votre discours scientifiquement fondé, vous indiquiez de façon subliminale que de l’analyse du passé, de l’histoire de la laïcité, doit se déduire une et une seule solution, celle que vous prônez, d’une laïcité désormais plus ouverte sur la pluralité des religions présentes sur notre territoire. Or, vous savez bien que la sociologie en réalité ne peut que rendre compte de phénomènes passés ou présent, mais n’est pas capable de prévoir de nouveaux phénomènes, sinon en termes vagues, prudents et qui devraient être modestes, de probabilités. 

 

Or, en vous prévalant de vos recherches, vous semblez confisquer le débat qui normalement appartient aux citoyens qui consiste à savoir dans quelle société ils souhaiteraient vivre. Vous avez parfaitement le droit, comme citoyen, de donner votre avis. Mais votre statut de sociologue reconnu ne donne pas plus de valeur à vos choix que ceux de n’importe quel citoyen, fût-il le plus modeste.

 

Venons-en donc à l’essentiel. Vous affirmez dans votre article que ceux qui prétendent débattre de l’identité nationale « "...la traite(nt) uniquement sous le biais de l’islam, réduit à une religion d’immigrés récents, ce qui est faux. » On reconnaît bien là l’habileté rhétorique d’un universitaire chevronné. Car il y a deux lectures possibles de cette phrase qui à n’en pas douter aurait fasciné George Orwell. Soit vous dites que l’islam n’est pas seulement une religion d’immigrés. C’est vrai et c’est une évidence telle qu’il n’est pas besoin d’être sociologue des religions pour le constater. Si on vous attaque, vous pourrez toujours vous défendre par ce sophisme. Mais la seconde lecture, qui plaira à bon nombre de convertis à l’islamo-progressisme, dit très exactement ceci : « L’islam est présent depuis longtemps en France, et pas seulement par les immigrés ». Par conséquent, puisqu’il est présent depuis longtemps, pourquoi poserait-il des problèmes alors que depuis belle lurette on peut aller prendre le thé à la grande mosquée, naguère rendez-vous mondain. 

 

Bref, il est surprenant de voir à quel point un sociologue de renom est capable de masquer le réel et de manipuler les esprits. Naguère, les sociologues étaient capables d’étudier les mentalité, on connaît des ouvrages de référence à ce sujet. Or, voici quelques topics sur la manière dont de plus en plus de français perçoivent l’islam. Non pas l’islam rêvé des intellectuels, mais l’islam réel, celui qui se pratique.

 

L’axiome de base qui détermine l’ensemble de la structure idéologique des français est simple à comprendre : des progrès ont été obtenus au fil des siècles puis des décennies. Il est inacceptable de les remettre en cause. Cela concerne

-le droit des femmes

-l’individu libre et souverain

-c’est l’individu qui vaut, pas le groupe qui le définit.

-la religion doit rester privée ou discrète

-on distingue foi et superstition

-Les animaux souffrent et il faut limiter cette souffrance le plus possible.

 

Dans tous ces domaines, les nouveaux venus doivent l’accepter ou partir. Il n’est pas question de régresser vers une logique médiévale sous prétexte que l’islam, contrairement au christianisme, n’a jamais subi le choc des lumières.

 

En outre, les français savent bien que :

-Il n’y a pas un seul pays musulman démocratique

-Les chrétiens sont persécutés ou marginalisés dans la plupart des pays à dominante musulmane

 

-La France se définit par la laïcité, mais elle a été marqué par des siècles de christianisme. Vous avez-vous-même assez travaillé sur le protestantisme pour savoir à quel point la vision catholique française a été largement inspirée par le protestantisme. Mais précisément, pour les catholiques, les évangiles ne sont pas un texte étranger. Or, sauf erreur de ma part, le sociologue que vous êtes ne s’est pas demandé sérieusement pourquoi la laïcité a finalement fonctionné si vite en France. C’est tout simplement parce que, dans le fond, elle était déjà inscrite dans la doctrine chrétienne elle-même, comme on l’a déjà maintes fois remarqué en rappelant qu’il faut rendre à César et à Dieu ce qui leur est respectivement dû. On pourrait d’ailleurs en dire autant de toutes les valeurs dites « de gauche », comme la solidarité, le souci de l’homme, la méfiance à l’égard de l’argent, et jusqu’à l’universalisme, très « catholikos » comme vous savez. 

 

Or, ce que les français savent bien, mais ce que les sociologues semblent oublier, c’est que toutes ces valeurs sont radicalement étrangères à l’islam. Certes, il y a bien ici ou là quelques tentatives de conciliation entre islam et modernité, avec Meddeb, Obrou ou Biddar par exemple. Mais ces analyses sont tellement sophistiquées qu’elles n’ont aucune chance d’atteindre l’immense majorité des musulmans, du fait de leur recrutement sociologique et de la décadence du système éducatif français. La fonction idéologique de toutes ces analyses sophistiquées (et qui pourraient en effet être porteuses de progrès, notamment au Maghreb) est essentiellement d’endormir les Diafoirus de la culture qui certes ont raison de chercher la vérité dans les livres mais qui oublient d’aller voir ce qui se passe sur le terrain. Cette démarche est légitime pour un philosophe, mais surprenante pour un sociologue.

 

Pourquoi avez-vous tant de réticences à défendre la société qui vous nourrit par une loi qui lui permettrait d’affirmer clairement la fidélité à ses valeurs fondatrices ? une loi sur le voile intégral ne serait choquante que pour ceux qui veulent absolument voir la France capituler sur ce qui est à ses yeux essentiel. Elisabeth Badinter, parmi bien d’autres, a souligné avec force et intelligence le caractère profondément rétrograde d’une telle pratique. Quant à la soi-disant liberté des femmes qui se voilent ainsi, on attend avec impatience une étude sociologique avec une méthodologie de micro-sociologie rigoureuse qui permette vraiment d’étudier le phénomène en évitant l’écueil des témoignages truqués ou sous influence. Moi qui croyais que la sociologie était capable de prouesses en la matière, j’en attends toujours les résultats avec une impatience naïve.

 

Bien cordialement.

Partager cet article

Repost 0
Published by argonautemariniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Alex Carter-Munop
  • : ARGuments et cOntre-arguments d'un interNAUTE encore MARINISTE
  • Contact

ARGuments d'un interNAUTE

Les français ont choisi. Attendons sans illusion mais sans mauvais esprit, l'inéluctable est toujours évitable... ARGuments et cOntre-arguments d'un interNAUTE toujours MARINISTE

Recherche

La toile Bleu Marine

http://www.marinelepen2012.fr/wp-content/uploads/2012/01/ToileBleuMarine-200.png

Liens