Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:36

Dans son excellent "journal des résistants", Christine Tazin s'insurge contre les subventions à l'abattage rituel et l'absence de traçabilité. Voir aussi le site Riposte laïque.

 

L'abattage rituel paraît "tolérable" dès lors qu'il paraît justifié par des motifs religieux. Pourtant, le progrès d'une civilisation de mesure aussi à la manière dont elle traite les animaux et la capacité de compassion pour nos frères vivants peut être aussi une manifestation de spiritualité comme on le voit dans maintes religions, notamment le bouddhisme. Echapper à l'animalité, c'est aussi  s'émanciper de la logique naturelle qui est loi de la jungle où règne la loi du plus fort et où tous s'entre-dévorent. Qui n'est pas sensible à la douleur animale a encore du chemin à parcourir vers la sagesse.

 

Or, dans l'abattage rituel, la souffrance animale est bien réelle et mérite notre compassion

 

Depuis le XVIIIème siècle on a appris à faire la différence entre croyance et superstition. Quand la foi mène à la spiritualité, elle nous rapproche de Dieu, selon les théologiens.  Mais on n'hésitait pas à appeler bigots ceux qui se contentent de respecter un rituel purement extérieur, sans réelle implication spirituelle intérieure. C'est le sens de l'acte du Christ chassant les marchands du temple. C'est ce que critique Descartes dans l'article 190 des passions de l'âme :

 

"La satisfaction, qu’ont toujours ceux qui suivent constamment la vertu, est une habitude en leur âme qui se nomme tranquillité et repos de conscience. Mais celle qu’on acquiert de nouveau, lorsqu’on a fraîchement fait quelque action qu’on pense bonne, est une passion, à savoir une espèce de joie, laquelle je crois être la plus douce de toutes, parce que sa cause ne dépend que de nous-mêmes. Toutefois lorsque cette cause n’est pas juste, c’est-à-dire lorsque les actions dont on tire beaucoup de satisfaction ne sont pas de grande importance, ou même qu’elles sont vicieuses, elle est ridicule, et ne sert qu’à produire un orgueil et une arrogance impertinente. Ce qu’on peut particulièrement remarquer en ceux qui, croyant être dévots, sont seulement bigots et superstitieux, c’est-à-dire qui sous ombre qu’ils vont souvent à l’église, qu’ils récitent force prières, qu’ils portent les cheveux courts, qu’ils jeûnent, qu’ils donnent l’aumône, pensent être entièrement parfaits, et s’imaginent qu’ils sont si grands amis de Dieu, qu’ils ne sauraient rien faire qui lui déplaise, et que tout ce que leur dicte leur passion est un bon zèle ; bien qu’elle leur dicte quelquefois les plus grands crimes qui puissent être commis par des hommes, comme de trahir des villes, de tuer des princes, d’exterminer des peuples entiers, pour cela seul qu’ils ne suivent pas leurs opinions"

 

Bigoterie et superstition

 

La bigoterie, c'est-à-dire le respect purement extérieur des normes religieuses, confère une fausse tranquillité de conscience. On sait depuis Spinoza, Locke et Hume que Dieu ne peut pas exiger des hommes des actes insensés ou injustes. Et les justifications sophistiques de certains religieux n'y changent rien. Dieu ne peut qu'attendre des hommes des actes justes, c'est-à-dire, entre autres, accomplis après réflexion et délibération, puisque Dieu a conféré à l'homme la faculté de penser et lui a ainsi donné la liberté et la responsabilité.

 

La superstition consiste à croire au premier degré, sans reconnaître le caractère purement symbolique d'une pratique. A cet égard, aucune activité humaine n'est en soi irrationnelle. Il y a une justification théologique du Hallal, c'est l'idée entre autres, que l'âme de la bête doit s'échapper avec son sang. Cette conception pouvait se justifier il y a 3000 ans ou VIIème siècle, mais maintenant elle est devenue une pratique périmée car plus aucun théologien ne peut soutenir sérieusement que le sang est le siège de l'âme. De même, le sacrifice avait un sens car effectivement pour des tribus nomades pauvres, l'immolation d'un mouton était un véritable sacrifice. Avec le formidable progrès du niveau de vie, ceci n'a plus aucun sens aujourd'hui. Les pauvres dans nos pays vivent dans un confort incroyablement supérieur à ce que pouvaient connaître les plus riches il y a un ou deux millénaires, comme le prouve l'allongement de l'espérance de vie. Dès lors, les religions qui pratiquent encore le sacrifice rituel, qu'il soit hallal ou

 

Une régression de trois siècles

 

Par conséquent, refuser de prendre en compte ici la souffrance animale lors de l'abattage rituel relève de la mauvaise foi, puisque sous prétexte de respecter des pratiques censées refléter une certaine fragilité d'une certaine population, on renonce à défendre des valeurs pourtant devenues essentielles depuis trois siècles.

 

Toutes les religions sont les bienvenues en France, à la condition de respecter les lois, de ne pas réclamer des retours en arrière sous des prétextes dont la culture philosophique a démontré depuis longtemps la vanité. Une religion peut parfois éclairer la réflexion politique mais ne saurait s'y imposer.

 

La question soulevée à l'occasion de l'abattage rituel est plus complexe qu'il n'y paraît, car selon certains observateurs, l'animal souffrirait plus avec l'abattage par étourdissement qu'avec l'abattage rituel où le cortex privé d'oxygène deviendrait inactif après quelques secondes.

 

Cette question renvoie à un nécessaire progrès des techniques d'abattage, prenant en compte éventuellement tous les avis de ceux qui ont étudié la question. Mais il reste que par principe l'idée qu'une religion impose un mode opératoire quelconque dans un pays laïc est par nature une absurdité. Car si vraiment l'abattage rituel comporte un aspect qui épargne peu ou prou l'animal, il suffirait sans doute de le combiner avec un étourdissement préalable qui diminuerait encore plus la souffrance de l'animal, ce qui ne conviendrait pas aux religieux qui ici encore interdisent tout progrès en nous figeant des siècles en arrière.

 

Voir également le dossier complet de l'OABA.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by argonautemariniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Alex Carter-Munop
  • : ARGuments et cOntre-arguments d'un interNAUTE encore MARINISTE
  • Contact

ARGuments d'un interNAUTE

Les français ont choisi. Attendons sans illusion mais sans mauvais esprit, l'inéluctable est toujours évitable... ARGuments et cOntre-arguments d'un interNAUTE toujours MARINISTE

Recherche

La toile Bleu Marine

http://www.marinelepen2012.fr/wp-content/uploads/2012/01/ToileBleuMarine-200.png

Liens