Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 19:13

Ce texte avait été envoyé à Nations-presse Info le 18 juin 2011.

 

A propos de l'éditorial d'Alain Duhamel dans le Point:

 

L'éditorial d' Alain Duhamel, publié dans Le Point du 16/06/2011 a pour titre: "Radiographie du nouveau lepénisme" et comme sous-titre: "Deux livres démythifient Marine Le Pen."

Il faut lire cet article dans le détail sur ce lien avant de poursuivre ici la lecture des analyses techniques. S'il n'était plus en ligne, merci de m'écrire afin que je le mette en ligne ici.

 

 

       Cet éditorial est un remarquable exemple de propagande déguisée avec talent en réflexion politique intelligente et informée.

       Le début, d'abord, la "captatio benevolentiæ" souligne les qualités de Marine Le Pen. Remarquons tout de même que les qualités retenues n'engagent à rien, elles concernent la personne elle-même. On lui reconnaît à la fois du talent et du culot, ce qui s'appelle aussi force d'âme dans un contexte hostile. Mais cet éloge n'en est pas un, car les seules qualités retenues sont celles de communiquante, qualités qu'admirent tant nos élites autoproclamées, incapables d'affronter courageusement le véritable contenu des problèmes politiques. Jamais dans cet éditorial comme dans tous les autres du même auteur n'est évoquée la vérité des faits. Les problèmes soulevés par Marine Le Pen sont-ils oui ou non de vrais problèmes? Sont-ils le reflet de véritables préoccupations du peuple? Jamais notre éditorialiste ne se risque sur ce terrain, car la pauvreté technique de ses arguments apparaîtrait au grand jour.

       Aussi, dès la 5ème phrase. le substantif "populisme" tombe-t-il comme un couperet, bientôt suivi par "l'extrême-droite" que pourtant la présidente du FN récuse. Comment un professeur à science-po peut-il colporter à ce point mensonge et calomnie? Il sait pourtant que l'extrême-droite, en France, désigne les mouvements qui ont fait parler d'eux dans les années 30, qui étaient tout sauf républicains et démocrates. Ils pouvaient être royalistes, partisans d'un gouvernement fort, d'une dictature militaire, par exemple. Où notre intellectuel professeur de sophistique à Science-po a-t-il trouvé le moindre texte ou acte anti-démocratique au Front National, et singulièrement dans les propos et propositions de Marine Le Pen? En fait, ces propositions ressemblent plus au décisions politiques du général de Gaulle ou au programme du RPR de 1991 qu'aux revendications des "Croix de feu" ou de "la cagoule".

       Le même procédé d'allusion subliminale est d'ailleurs employé dans tout l'article, avec des expressions comme "entreprise Le Pen", "autoritarisme" et surtout "xénophobie" qui à lui seul mériterait des poursuites pour diffamation. Car le principe même de préférence nationale favoriserait véritablement aussi les populations d'origine étrangère en banlieue. En supprimant toute nouvelle immigration, on arriverait ainsi à donner à chacun toutes ses chances et supprimerait les ghettos par une vraie politique d'assimilation.

       Dans le même passage, remarquons que le mot "nationalisme" est présenté parmi les qualificatifs péjoratifs comme si cela allait de soi. On peut imaginer dès lors que c'est surtout l'"internationalisme" et donc la "mondialisation" qui a les faveurs de notre éditorialiste. Au moins les choses sont claires.

       De fait, oubliant le souci de vérité ou du moins d'honnêteté intellectuelle, notre Prodicos de parade se contente, au détour d'un adjectif ou d'un substantif, de distiller la même idéologie pour consolider les structurations mentales pavloviennes de ses lecteurs et auditeurs.

       Ainsi la technique du conditionnement idéologique subliminal est-elle mise en oeuvre à la fin du premier paragraphe, le "presque à la mode" est là comme un ultime rempart contre le tsunami imaginaire qui menace. Car, bien entendu, les deux livres anti-FN qui viennent de sortir sont présentés comme l'antidote salvateur venant enfin nous délivrer de ce pathologique "consensus paradoxal". Pourquoi paradoxal? Parce que, mal venu, incompréhensible, inacceptable, voire incongru? Est paradoxal ce qui devrait ne pas être, ce qui bouleverse les théories dominantes, disons avec Thomas Kuhn les "paradigmes" dominants. Ici, Duhamel devient flatteur à son corps défendant, car précisément le "consensus paradoxal" a souvent été le fait de scientifiques progressistes, comme les physiciens de la fin du XIXème siècle ou certains médecins qui étaient d'accord entre eux contre la pensée dominante et ses lourdeurs mensongères. 

       En réalité, chacun le sait bien maintenant, c'est la résistance idéologique absurde et abjecte de cette classe médiatique qui est "paradoxale", à force de nier les évidences et de défendre des conceptions qui craquent de partout et prennent l'eau au fil des jours.  Il n'est pas de semaine où l'on n'ai l'occasion de réaliser que le Front National avait raison depuis longtemps sur  bien des problèmes. M. Duhamel ne se rend pas compte qu'à trop gonfler la baudruche du mensonge elle finit par lui sauter à la figure. Aussi poursuit-il benoîtement son éditorial, sans se rendre compte du ridicule de sa posture.

       On apprend que les deux livres en question ont été écrits par des femmes. Et alors? un débat femmes contre femme serait-il un gage d'authenticité? La ficelle est vraiment grosse, malgré l'allusion entre deux virgules. Le fait que ce soient deux femmes qui argumentent contre une femme serait une preuve de la véracité de leur thèse? C'est là un argument qu'il faut sans doute d'urgence ajouter à la panoplie des divers "arguments d'autorité", l'autorité par le genre!

       Le second paragraphe poursuit dans la même veine rhétorique, avec la même technique du balancier entre compliments et vacheries, les compliments étant là pour se donner une apparence d'objectivité. Mais une technique utilisée de manière aussi grossière finit par ne plus fonctionner.

       Les deux livres sont tour à tour qualifiés d'"intelligents", "mieux informés", "habile", "subtiles" et "minutieux", puis "spontané et vigoureux". Mais, bien entendu, rien n'est dit sur les inexactitudes ou approximations. Quant aux critiques économiques du programme du Front National par Nathalie Kosciusko-Morizet, elles oublient simplement qu'elles s'appuient sur une partie des économistes internationaux qui ne sont pas tous d'accord, loin de là, sur la valeur et la pertinence du monétarisme.  L'"irréalisme absolu" ainsi pointé n'est que le point de vue d'une partie des économiste contre les autres et mérite au moins un débat plus profond et technique que quelques pauvres saillies énervées.

       Quant au livre de Caroline Fourest et Fiammetta Venner. notre éditorialiste est incapable d'en comprendre l'absurdité. 

       Imaginons en effet Caroline Fourest écrivant un livre sur François Mitterrand dans les années 70. elle nous aurait expliqué brillement que ce monsieur constituait un danger pour la France, car il serait le jouet des communistes qui lui imposeraient de passer à une économie planifiée et des relations exclusives avec l'Union Soviétique. Elles nous aurait aussi expliqué que certains militants ont des sympathies douteuses pour le maoïsme ou pire pour un certain Pol Pot. Mais elle n'aurait pas manqué non plus de rappeler le passé trouble du personnage décoré de la francisque et par ailleurs membre du gouvernement socialiste des années 50, créateur des CRS et partisan de l'Algérie Française. Elle y aurait alors vu un grave danger pour la démocratie, un risque d'ambitions territoriales de reconquête des anciennes colonies.

       En réalité, quoi qu'on pense de la politique de François Mitterrand, il a su fédérer, pour le meilleur et pour le pire, les forces utiles des multiples courants pour arriver à un projet politique cohérent.

       On voit ainsi toute l'absurdité de l'entreprise de Caroline Fourest qui prétend finalement, à partir d'une enquête dont il faudrait par ailleurs vérifier finement toutes les affirmations, figer le Front Nationale dans une figure statique, dans une essentialisation diabolique, alors qu'il est en réalité en pleine dynamique d'évolution. 

       Peut-on croire que devenue présidente, Marine le Pen nommerait au gouvernement des révisionnistes ou des racistes avérés ou encore des antisémites fanatiques? Une assemblée à majorité FN, ne laisserait pas passer des mesures scandaleuses. Et imaginer que Marine Le Pen opte pour une dictature avec le soutien de l'armée est tout simplement du délire. 

       Enfin, avec le FN au pouvoir, les journalistes ne manqueraient pas d'être à l'affût du moindre dérapage. Ils feraient enfin véritablement leur travail de vigilance et de réflexion, de sorte que nous aurions la société la plus démocratique du monde. D'autant plus que le FN compte bien mettre en place le référendum d'initiative populaire.

       M. Duhamel a sans doute tiré profit de la lecture de la conférence de Slotterdijk, "gérer le parc humain", tant il est vrai que sa "raison cynique" le conduit en tout cas à vouloir "réformer le peuple" par tous les trucs de conditionnement possibles. Oui, décidément, cet éditorial est un bel exemple de propagande digne d'être étudié à Science-po et bel exemple, aussi à faire étudier par de futurs journalistes pour leur montrer ce qu'il ne faut surtout pas faire.

Partager cet article

Repost 0
Published by argonautemariniste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Alex Carter-Munop
  • : ARGuments et cOntre-arguments d'un interNAUTE encore MARINISTE
  • Contact

ARGuments d'un interNAUTE

Les français ont choisi. Attendons sans illusion mais sans mauvais esprit, l'inéluctable est toujours évitable... ARGuments et cOntre-arguments d'un interNAUTE toujours MARINISTE

Recherche

La toile Bleu Marine

http://www.marinelepen2012.fr/wp-content/uploads/2012/01/ToileBleuMarine-200.png

Liens